Sommaire
Biographie
Chronologie
Histoire
Genèse
Concepteurs
1751
Statue Louis XV
La place Royale
Arc de Triomphe
Grilles & fontaines
Inauguration
Place d'Alliance
Bonsecours
Statue Stanislas
Détails statue
La vie
L'art de vivre
Recettes
Photos

Contacts


Un clic pour agrandir !

   Plan général de Nancy levé en 1752

Genèse

 

La place Royale

 témoin de son temps

 

 

Stanislas à l’origine de cet agencement original

 

 

 

Neuf ans après la mort de Léopold, Stanislas Leszczynski roi de Pologne prend en main les affaires de la Lorraine. 

 

A Nancy, la ville vieille du moyen âge, agrandie au milieu du XVIème siècle d'une longue place ( la Carrière), était encore pourvue de fortifications qui, sous le règne de Charles III, avaient été renouvelées et accrues de bastions.

 

La ville neuve, instituée par Charles III à partir des années 1588-1591, remaniée par Léopold 1702-1729, avait perdu ses fortifications, remplacées par un mur d'octroi.

 

Les deux villes étaient distinctes. 

 

Dès 1725-1729, le duc Léopold  songea à unir les deux villes en détruisant les fortifications de la ville vieille, mais il se heurta à une interdiction du roi de France qui souhaitait maintenir intactes les fortifications de la ville vieille.

 

Pour accéder de celle-ci à la ville neuve, il fallait prendre " La porte royale " dédiée à Louis XIV, entre les bastions d' Haussonville et de Vaudémont, à l'extrémité de la Carrière.

Cette porte avait été établie pendant l'occupation de la Lorraine par les troupes de Louis XIV. 

En août I746, on  facilita son accès en remplaçant le pont qui franchissait le fossé par une chaussée.

 

Par sa proximité avec la cour de France, le duc Léopold avait fait venir en Lorraine le talentueux architecte parisien Germain Boffrand. On lui doit le château de Lunéville et quelques hôtels nancéiens, notamment l'hôtel de Beauvau-Craon dont l'ordonnancement a permis d'introduire en Lorraine le parti architectural développé par Jules Hardouin-Mansart à la fin du XVIIème siècle à Versailles et sur les places parisiennes.

 

Les grands aménagements urbanistiques renaissent avec le siècle des Lumières. Dans toute la France, les pouvoirs publics mettent en valeur, autour d'une grande place, de vastes ensembles de bâtiments : c'est le cas à Rennes, Nantes, Bordeaux, Reims, Orléans, Dijon, Lyon et Paris.

 

En Lorraine, de nombreuses villes s'embellissent comme Toul et Verdun (palais épiscopaux), Metz qui construit, entre autres son théâtre (1738-1753), son Hôtel de l'Intendance (1738-1742) et sa Place d'Armes. Lunéville et Commercy se restructurent autour de leurs châteaux respectifs. Mais de tous ces projets, celui de Nancy est, sans conteste, le plus bel ensemble architectural de cette époque.

 

En 1751, Stanislas décide de créer à Nancy une place Royale dédiée à son gendre, Louis XV, deux solutions se présentèrent : dresser une statue sur une place de la ville neuve ou créer une place nouvelle entre les deux cités afin de les réunir. Stanislas opta pour cette solution plus séduisante.

 

Deux rues aboutissant dans son axe est-ouest (rue sainte Catherine et rue Stanislas actuelles) devaient permettre par leurs prolongements d'achever cette union.

 

Stanislas avait une vision précise de son projet et confia dans un premier temps la réalisation de la place royale à un architecte Jean Nicolas Jennesson, jugé trop classique et rigide, fut remplacé par Emmanuelle Héré.

 

Le roi de Pologne aimait la fantaisie et l'imposait à ces collaborateurs, de là sans doutes, ses divergences avec l'architecte Jennesson.

 

Emmanuel Héré se montra plus disponible face aux exigence de Stanislas pour des créations plus originales qui pouvaient surprendre les hommes formés à l'école de Hardouin-Mansart et Boffrand.

 

            Emmanuel Héré    XII 

            

Dès le mois de juillet 1751 Stanislas parla de son projet d'établir d'une place, en l'honneur de son gendre Louis XV, à son cousin le duc de Belle-Isle.

 

Il rencontra de tenaces oppositions de la part du secrétaire d' Etat à la Guerre , le comte d' Argenson qui, comme Belle-Isle, voulait que Nancy reste une ville forte sur les frontières du royaume et que la ville vieille conservât ses remparts intacts.

 

Au cours de la guerre de succession d'Autriche qui venait de s'achever, toutes ces contrées avaient été inquiétées en I743-I744 par les troupes de Charles-Alexandre de Lorraine. Celui ci menaçait les frontières du côté de la Sarre, puis avait débouché vers les Vosges. Aussi voulait-on que Nancy pût constituer éventuellement un réduit de résistance. Stanislas espéra d'abord que le gouvernement de Louis XV se laisse fléchir en présentant son plan à Belle-Isle, à qui il demanda assistance.

 

Belle-Isle demeura insensible. L'ingénieur en chef Bavillier, officier français surveillait les fortifications.

 

Le lieutenant de Roi de Beauchamp, auquel se joignit le chancelier La Galaizière, essayèrent de détourner Stanislas de ses projets.

 

                                     IX

Stanislas fit quelques concessions en maintenant une grande partie des fortifications, tout en déplaçant la porte Royale dans l'axe de la Carrière et en diminuant le bastion d'Haussonville.

 

Les fossés étaient sauvegardés avec dix pieds d'eau.

 

L'agencement de la place Royale était assujetti aux servitudes qu'imposait le maintien des fortifications. L'originalité de la structure de cet ensemble tient peut-être à là difficulté de masquer les remparts et les fossés.

 

 

Le programme de la place et de ses prolongements répond à la philosophie du Bienfaisant. La place devait être à l'image des besoins de la vie du citoyen. Naguère une place Royale réservée au culte du souverain était plantée à l'écart de la circulation à la manière d'un temple. La place Royale se trouve au cœur de la ville, à la rencontre d'artères essentielles, rayonnant autour de la statue du roi Louis XV.

 

Les mêmes tendances émergent à la même époque à Paris.

 

La place Royale et ses entours était le siège des bâtiments publics / hôtel de ville, théâtre, école de médecine, hôtel des fermes, cour souveraine, bourse, intendance.

 

 

                                     XVI                                                    XVII  

 

On y groupait aussi tout ce qui devait contribuer au passe-temps café, cabinet de lecture, librairie, promenade. On juxtapose ainsi le beau et l'utile, l'élégance et la commodité pour une société raisonnable et raffinée. La place qui conserve le majestueux décor des places Royales est conçue sous le signe du bien public.

 

L'hôtel de ville constituait le décor de fond, quatre pavillons fermaient la place à l'est et à l'ouest; face à l'hôtel de ville, reliés aux pavillons par des grilles encadrant des fontaines, des basses faces dissimulaient le rempart où était pratiquée une porte, l'arc de triomphe.

 

Cette porte donnait accès à la Carrière dont les façades des XVIème et XVIIème siècles furent rhabillées sur un modèle uniforme. L'extrémité de la Carrière fut fermée par le palais de l'Intendance, réuni à ces façades par une colonnade en hémicycle.

 

 

                                                                                                          XVIII

 

Il est incontestable que Stanislas fut à l’origine de cet agencement original, ajoutant grâce et gaîté aux grilles, fontaines et frondaisons.

 

La place royale de Nancy reste classique dans sa structure, mais la fantaisie de Stanislas y apporta cette luxuriance que l’on trouve aussi dans les parcs de ses châteaux de Lunéville, La Malgrange et Commercy.

 

Quatre ans  suffirent pour élever des édifices importants, bâtir maints hôtels, le tout agrémenté d'une décoration soignée. Stanislas  bénéficia d'une main d’œuvre qualifiée, 400 ouvriers furent constamment tenus en haleine.

 

Stanislas âgé de soixante quatorze ans et n'ayant que des ressources limitées, bénéficia d'une rente Royale annuelle de 2 000 000 livres, en vertu des accord de Meudon du 30 septembre 1736. On peut comprendre l'empressement et la promptitude de l'achèvement du projet en 4 ans.

 

Pendant les trente ans passés en Lorraine, Stanislas consacra  8 051 194 livres pour la construction des bâtiments et l’embellissement de la ville de Nancy.

 

 

 

Photos :

 

         -  Plan général de Nancy levé en 1752 - Plan d'archives non identifiées

VIII    -  Emmanuel Héré - Musée Lorrain de Nancy

IX      -  Plan de Nancy en 1645 - Archives municipales de Nancy

IX      -  Plan de Nancy en 1754 réalisé par Belprey - Archives municipales de Nancy

XVIII  -  Gouaches des constructions conçues en 1752/1753

XVI / XVII Aquarelles anonymes 1760 - Archives municipales de Nancy

 

Sources :

 

  - Archives Municipales de Nancy

  - Archives Départemental de Meurthe et Moselle à Nancy

  - Université Nancy 2

  - Université Barcelone

  - Musée Lorrain de Nancy

 

  - Histoire de Nancy sous la direction de René Taveneaux , éditeur Privat 1978

  - Anthologie des mémorialiste du XVIIIème  siècle Robert Laffont 1996

  - Le vieux Nancy par Pierre Marot 3ème édition Nancy -Hélio 1980

  - Histoire de Nancy par Henri Lepage réédition de 1838

  - Stanislaus Leszczynski, Ein König im Exil  Blieskastel: Bliesdruckerei, 2006

  - La Place Royale de Nancy de Pierre Marot, édition Berger LEVRAULT 1966

  - Jean Lamour , Albert France-Lanord , édition 1977 Presse Universitaire de Nancy

  - Le roi Stanislas , d’ Anne Muratori Philip éditeur Fayard

  - Encyclopédie Larousse / Hachette

  - Encyclopédie  raisonné Diderot et d'Alemberg -         http///portail.atilf.fr/encyclopedie/

  - L'Encyclopédie libre Wikipedia  -      http://fr.wikipedia.org/wiki/Lorraine#Histoire

 

 

                                

 

 

 

 

 

 

 

 






Google