Sommaire
Biographie
Chronologie
Histoire
Genèse
Concepteurs
1751
Statue Louis XV
La place Royale
Arc de Triomphe
Grilles & fontaines
Inauguration
Place d'Alliance
Bonsecours
Statue Stanislas
Détails statue
La vie
L'art de vivre
Recettes
Photos

Contacts


   

                       Neptune

Grilles

de Jean Lamour

 

Fontaines

 de Barthélemy Guibal

 

 

L'allégorie de la guerre et de la paix, se retrouve dans la décoration des fameux portiques en ferronnerie de Jean Lamour. Ces portiques (triomphaux) prévus dès les premières ébauches de la place Royale relient les basses faces aux pavillons qui bordent la place.

 

Les ferronneries encadrant les fontaines se détachent devant des frondaisons, constituant une des originalités de la place Royale.

 

Stanislas a t’il suggéré l’implantation de ces portiques, s’inspirant de Versailles ?

Une création du parc de Versailles en l'honneur du Roi-Soleil datant de 1678-1679 comprenait un arc de triomphe en fer doré à l’huile de Delobel (détruit à la fin du règne de Louis XV) et de trois portiques abritant des fontaines et des statuts de Tuby et Coysevox qui subsiste encore aujourd’hui.

 

L'utilisation de ferronneries pour relier les pavillons aux angles de la place et masquer les remparts, était un  moyen commode et souple qui pouvait résoudre le difficile problème posé par le maintien des fortifications et des fossés.

 

L'utilisation du fer battu, fer aminci au marteau, permettait d'harmonieuses combinaisons.

Au XVIIIème siècle ce type de structures, imitant l’architecture, furent dressés à l’intérieur d’édifices.

Les fameuses grilles de l'église Saint-Ouen de Rouen sont caractéristiques du genre

 

 

            

                            Fontaine Neptune                                                          Amphitrite / Néréide

Fontaine Amphitrite                       .

Pour agrandir les photos , un clic dessus !

 

Les portiques sont composés d'une arcade principale supportant un entablement abritant les fontaines de Neptune et d'Amphitrite.

 

De style rocaille, fondues dans le plomb par Barthélemy Guibal, chaque grande arcade est flanquée de deux baies latérales plus basses où s’inscrivent des fontaines agrémentées de gracieuses figures.

 

En 1771 pour faciliter l'accès au parc de la pépinière, les deux fontaines latérales qui encadraient la fontaine Amphitrite ont été supprimées.

 

Ces portiques, comme l'arc de triomphe, sont voués à la gloire de Louis XV.

 

Les chiffres du roi couronnent les ouvertures latérales et des armes décorent le somptueux entablement.

 

Celui-ci est soutenu par de robustes pilastres ornés de feuilles de Chêne symbolisant la force.

 

Ces pilastres couronnés de chapiteaux "d'ordre français "sont décorés du coq gaulois regardant un "soleil".

 

Les armes royales timbrées d'une altière couronne, déploient des palmes, encadrées de deux pyramides, emblèmes de l'immortalité.

Une fleur de lis, accompagnée de drapeaux, de casques, de faisceaux de licteurs, repose sur un socle d'où s'échappent les branches de chêne.

Des consoles, dont les fers s'infléchissent en courbes et contre-courbes supportent des palmes, des branches de lauriers et le chiffre du roi.

Des lanternes, suspendues au bec de coqs aux plumes hérissées, complètent l’ensemble.

.

Sur une face des pyramides sont figurés les symboles de la guerre et de la paix empruntés à la mythologie  profils de Mars et de Minerve (du côté de la fontaine de Neptune), d'Apollon et de Cérès (du côté de la fontaine d'Amphitrite).

 

Les planches du recueil de Héré montre un premier projet de la fontaine de Neptune et de ses voisines. L’esquisse du groupe est plus mouvementé, mais moins harmonieux que celui qui a été réalisé. Le Neptune est très voisin de celui qui figure dans le recueil des fontaines de Boucher

 

                                                   XII                                                                                               XIII

 

Les planches de Boucher présentent les dieux des eaux, des tritons, des animaux marins plantés sur des rocs ou des coquilles, d'un style plus tourmenté que ceux que réalisa Guibal. Néanmoins l'esprit qui anime le sculpteur est de la même veine. Cyfflé, pour les fleuves de la fontaine de la place d'Alliance est très près des esquisses de Boucher.

 

 

Interprétation de  © Bruno DENISE de l'épitre dédicatoire du Recueil des ouvrages en serrurerie de Jean Lamour

 

 

 

Hôtel de ville de Nancy

 

 

Sur le fronton de l'hôtel de ville, des aigles supportent les armoiries de Stanislas.

 

Les statues de la Justice et de la Prudence rappellent les deux vertus.

 

Les armoiries de la ville sculptées au-dessus de la fenêtre centrale du premier, représente une femme figurant la Lorraine aidée d'un génie.

 

Les acrotères du balustre qui court au long de l'édifice supportent des pots à feu de dessin baroque : des palmiers aux pieds desquels se tient un génie.

 

Le palmier, symbolisant la Victoire, la fécondité et la stabilité, fut abondamment utilisé à Nancy dans la décoration des balustres La partie haute des quatre pavillons bordant. la place et les " basses faces "sont décotés de même manière.

 

 

Biographies

 

      - Les biographies des artistes et architectes au service de Stanislas

 

 

XI           - Portrait pastel de Jean Lamour,  réalisé vers 1750 - Musée Lorrain de Nancy

XII /XIII  - Gravure de Dominique Collin du recueil des ouvrages de serrureries de Jean Lamour

 

 

Pour agrandir les photos , un clic dessus !

Photos 2005 / 2014 : © Bruno DENISE 


 

 

 

 

Google